en Ecosse et en Irlande

Les « associations communautaires de rachat des terres » en Écosse

Paysage du Sutherland, comté dans lequel les « Clearances » auront ont été les plus dures. Les habitants qui avaient réussi à rester étaient repoussés le plus près possible du rivage, là où la terre était encore moins fertile

Petit coup de projecteur sur les « associations communautaires de rachat des terres » qui décidément font un travail formidable et mettent tout en œuvre pour que les habitants de ces régions se réapproprient leurs terres.

 

Alors que mon premier voyage en Écosse date de 1982, je reconnais humblement que c’est seulement il y a quelques années que j’ai  compris ce que l’histoire de ces paysages déserts des Highlands, absolument fascinants, avait de poignante.

A la fin du XIXème siècle, les « Clearances » – à traduire par « évictions » ou…. « nettoyage »- ont littéralement vidé le pays de ses habitants. On retrouve là bon nombre de points communs avec l’histoire de l’Irlande : maladie de la pomme de terre utilisée comme arme et prétexte pour chasser les métayers de leurs terres quand ils ne pouvaient plus payer leur bail. Immigration massive etc…Le comté du Sutherland où l’on trouve probablement les paysages les plus sauvages d’Écosse a particulièrement souffert.

Reste un problème spécifique, lui, à l’Écosse : l’existence encore aujourd’hui de ces immenses domaines/ »estates » appartenant à la Couronne Royale, à des aristos, mais plus souvent aujourd’hui à des célébrités, de riches hommes d’affaires et à des fonds d’investissements qui vendent, revendent au plus offrant. Ces grands domaines de chasse ou de pêche sont difficilement repérables quand on passe en tant que touriste puisqu’en raison de l’élevage extensif, il n’y a ni repères, ni clôtures dans ces endroits là. Les habitants sont  tributaires du bon vouloir de ces propriétaires.

Le dernier point n’est pas propre  à l’Écosse, mais également à l’Irlande et à tant d’autres régions en France. Les jeunes continuent à quitter les villages des Highlands du Nord-Ouest et les îles. Pourtant la population est de nouveau à la hausse : il s’agit la plupart du temps de retraités ou de gens qui possèdent des résidences secondaires. Un petit tour dans les Highlands ou aux Hébrides en février : pas besoin d’explication de texte! Ainsi à Skye, « le turnover des résidences secondaires est hallucinant « – dixit un habitant de Fort William l’été dernier-. Des gens de toute l’Europe, mais également des États-Unis (les racines!)passent sur Skye l’été, s’entichent des superbes paysages de l’île, achètent une résidence qu’il revendent souvent assez rapidement.Sale temps en hiver! Les prix montent et les jeunes écossais qui ont réussi à rester sur place sont vite hors jeu bien sûr.

Concernant ces organismes et à titre d’exemple, au cours de ces dernières années : le fantastique domaine de Knoydart près de Mallaig, a pu être racheté, l’île d’Eigg, Great Berneray, puis très récemment l’île de Scalpay aux Hébrides. De même, sur Harris, un programme est mis en place pour inciter de jeunes familles à s’installer. En effet, depuis que Skye, avec la construction du pont est devenu très touristique, Harris devient de plus en plus prisé et – c’est un débat actuellement sur l’île- s’orienterait plutôt vers un tourisme haut de gamme, d’où l’importance cruciale de ce genre d’organisme. http://www.communitylandscotland.org.uk/

 

Publicités

Une Réponse

  1. Très intéressant ! Je ne connaissais pas du tout, merci 🙂

    10 août 2017 à 6 h 54 min

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s