en Ecosse et en Irlande

Articles tagués “Dublin

Dix faits insolites sur Dublin

  1. 10848710_777407098980032_1749718903171925747_o

    Photography from the Streets of Dublin City by Thomas Fitzgerald http://thestreetsofdublin.com/ Images ©Thomas Fitzgerald

    L’origine du nom de la ville est Dubh Linn, ce qui signifie «Étang noir». Son nom officiel en irlandais, Baile Átha Cliath, signifie «La ville du gué des haies de roseaux».

  2. Sir William Temple a donné son nom au célèbre quartier de Temple Bar, dans lequel il habitait au XVIIe siècle. Malgré sa réputation actuelle, le nom de ce quartier n’a donc aucun rapport avec la boisson. En effet, «bar» était un mot anglo-saxon utilisé pour définir une maison de gardien.
  3. Le parc Phoenix est le plus grand parc clôturé d’Europe. Le long de l’avenue principale, Chesterfield Avenue, les lampadaires fonctionnent aujourd’hui encore au gaz.
  4. Le pont O’Connell Bridge à Dublin est le seul pont en Europe à être aussi large que long.
  5. 53% de la population dublinoise a moins de 35 ans.
  6. Il existe plus de 1000 pubs à Dublin. Le pub «The Brazen Head» est connu comme étant le plus ancien. En effet, un bar se trouve à ce même emplacement depuis 1168.
  7. La durée du bail du terrain dublinois sur lequel se trouve la brasserie Guinness d’origine est de 9000 ans. Il en coûte à son propriétaire 45 livres irlandaises par an. Ce bail prendra fin en même temps que les droits relatifs à l’eau en 10759.
  8. La distinction «Freedom of the City of Dublin» donne le droit à ceux qui la reçoivent, dont Bono du groupe U2, de faire paître des moutons dans le parc St. Stephen’s Green situé en plein cœur de la ville.
  9. Bram Stoker, l’auteur de Dracula, est né à Dublin. Le nom de Dracula proviendrait de l’irlandais «Droch Ola», qui signifie mauvais sang.
  10. La dépouille de Saint Valentin, le saint patron de l’amour, est conservée dans la chapelle de l’église des carmélites dans Whitefriar Street.

 

Publicités

The Commitments d’Alan Parker (1991)

The Commitments d’Alan Parker 1991
Avec Robert Arkins , Michael Aherne , Angeline Ball …

5020117_std

Les Irlandais sont très attachés à ce film, de nouveau  à l’affiche à Dublin en mars.

A voir ou revoir absolument, que l’on aime ou non la « soul »

Critique Cécile Mury- Télérama

 Genre : complètement soul.

Jimmy Rabbitte pointe au chômage et végète chez ses parents, dans une banlieue miteuse de Dublin. Fan de musique soul, il décide de monter un groupe. Après une annonce dans le journal et un casting plutôt farfelu, les Commitments se mettent au travail. D’abord dissonante et trébuchante, la bande de zozos fait des étincelles.

Cette attachante chronique, dans l’Irlande des années 1980, est adaptée d’un roman de Roddy Doyle, l’irrésistible auteur de The Snapper et de The Van, portés à l’écran par Stephen Frears. Répétitions explosives, cuites mémorables, petites et grandes misères sociales : Alan Parker compose un portrait de groupe nerveux et juste, avec ce qu’il faut de cocasserie, mais aussi d’amertume, interprété par des comédiens épatants. Captée avec fougue, dans ses couacs et ses moments de grâce, la partie musicale du film est un régal

Cécile Mury