en Ecosse et en Irlande

Articles tagués “Ecosse

Burn’s Night

12553101_10153365699279856_2713854026917980697_nArticle Médiapart du 26 Janvier 2016

Robert Burns (1759-1796) et la Burns Night du 25 janvier

 » La nuit Robert Burns est une célébration typiquement écossaise entre nationalisme et ode à la terre. C’est un évènement qui est peu connu sur le continent et dont on parle peu dans le reste du Royaume-Uni…
 Comme chaque année, la Burns Night est célébrée le 25 janvier, en commémoration de la vie du poète Robert Burns, qui naquit le 25 janvier 1759 et mourut en 1796 dans le comté de Dumfries and Galloway, et de sa contribution à la culture écossaise. En cette occasion, les Ecossais, en Ecosse et à travers le monde, se réunissent pour une soirée de poésie, de musique, de nourriture et de boissons. Ils mangent du haggis (panse de brebis farcie), plat caractéristique de l’Ecosse et boivent du whisky tout en dansant au son des bagpipes (cornemuses), et lisent des poèmes de Burns, notamment Tam O’ Shanter et Auld Lang Syne. Il n’est pas impossible que la célébration de 2016 ait une signification plus profonde encore que d’ordinaire, car le référendum sur l’indépendance de l’Écosse, perdu à l’automne 2015, a laissé des traces et des rancœurs parmi tous ceux qui rêvaient de se détacher définitivement de Westminster…. » https://blogs.mediapart.fr/jean-louis-legalery/blog/250116/robert-burns-1759-1796-et-la-burns-night-du-25-janvier

 

 

Publicités

Projet de distillerie sur l’île d’Harris

« Harris is so wild it makes Skye seem pastoral »

et c’est un peu vrai ! Depuis la construction du pont , l’île de Skye est devenue plus « civilisée ». La plupart des « crofts » sont abandonnés et les anciens cottages ont été rénovés pour devenir des résidences secondaires . D’autres cottages  ont été construits , respectant réellement l’environnement : rien donc de comparable avec toutes les horreurs  construites pendant les années fastes en Irlande qui ont littéralement massacré des kilomètres de littoral . La crise passant par là, ces maisons  s’ajoutent aujourd’hui aux tristement célèbres villages fantômes!

Comme en Irlande, bon nombre d’Américains, en mal de racines achètent ou rénovent des maisons sur Skye ; beaucoup ne « passent qu’un hiver » nous a-t-on dit  et effrayés par la solitude plus encore que par la rudesse du climat , s’en retournent  le printemps venu! Bref, si les paysages de Skye demeurent uniques en leur genre et même si de nouveaux arrivants, souvent des travailleurs indépendants ou des artistes, tentent de faire vivre l’île pendant toute l’année, l’atmosphère a quand même un peu changé.

Il faut donc aller un peu plus loin vers les Hébrides Extérieures pour retrouver l’ ambiance des îles. Les paysages sont moins grandioses, mais on a une réelle impression de bout-du-monde.
Harris et Lewis ne forment qu’une seule île, mais pour les Ecossais, il s’agit bien de  deux îles distinctes : Lewis au Nord, Harris au Sud.

scotland-north mapwesternisles

Curieusement, alors que  Port of Ness, à la pointe nord de  Lewis et Luskentyre, au Sud d’Harris ne sont distantes que d’un peu plus de 110 kms (environ trois heures de trajet sur les petites routes à « passing-place ») , les paysages sont radicalement différents d’une île à l’autre. La côte est de Lewis, au départ de Stornoway en montant vers le nord est plate, les paysages mornes, les maisons grises, bref  l’Ecosse telle que l’imaginent ceux qui n’y ont pas mis les pieds! Les paysages de la côte ouest sont beaucoup plus variés, mais c’est Harris qui est la plus belle :  montagneuse avec ses plages ses landes et ses lochs…

Luskentyre - Photo site virtualweb.co.uk

Luskentyre – Isle of Harris
Site : http://virtualheb.co.uk/

Harris est bien sûr aussi  la patrie du tweed, mais…revenons au whisky. Loin de Dumbarton, dans la banlieue de Glasgow, des iles d’Islay ou Jura, de Skye ou de la très touristique  » Route des whiskys » dans les Basses-Terres, un projet de distillerie sur l’île d’Harris : emplois en perspective et bonne idée puisque « la demande en whisky écossais est supérieure  à l’offre « nous dit cet homme!  Diable!

Bon, la video qui suit est une promotion, genre « office du toursime », oublions le ton très snob de l’expert , à l’accent « so british » par rapport à l’accent rocailleux – le vrai! – « so scottish » de l’éleveur de moutons

il y a  quelques très  belles photos d’Harris !